Breaking News :

mardi 26 mai 2020

TOUS A PARIS LE 01 FEVRIER 2020, SARDINARDS, TONTINARD, NEUTRES! - PAR ROMUALD TAGNE

Il est fréquent d'entendre ou de lire des sardinards accuser Maurice Kamto d'avoir hier rédigé un mauvais code pénal et d'être le premier à s'en plaindre aujourd'hui, d'avoir hier rédigé un mauvais code électoral et d'être le premier à s'en plaindre aujourd'hui, d'avoir hier rédigé un mauvais code de justice militaire et d'avoir été le premier à s'en plaindre lorsque cela s'est appliqué à lui-même, etc, etc. Kamto aura décidément tout rédigé comme textes de loi dans ce pays. D'accord, admettons que c'est Kamto qui a vraiment rédigé sous l'ère Biya tous les nouveaux textes de loi promulgués, la seule question qui vaille ne serait-elle pas plutôt de savoir "Et que faisaient les autres durant tout ce temps?" Maurice Kamto était-il vraiment le seul juriste qui vaille dans ce pays pour rédiger tous les textes de loi, lui, tout seul? Ou alors le reste des collaborateurs gouvernementaux dédiés à cette tache se plaisait à décharger tout le boulot sur lui tout seul, pour simplement se glorifier ensuite du travail final effectué?

En croyant donc marcher sur le Baham, en fait, c'est le Baham qui marchait tranquillement sur vos cervelles. Car, même en vous concédant que c'est lui qui a rédigé tous les textes de loi querellés, il vous aurait en réalité démontré, une fois de plus, qu'il avait toujours eu une longueur d'avance sur vous! S'il avait rédigé des textes en tous points irréprochables (électoral, pénal, militaire), de toutes les façons vous ne les auriez jamais respecté sur le terrain, mais vous vous en seriez tout de même servi pour le clouer au pilori dans les prétoires. Prétextant ainsi que ce qui était édicté dans ces textes de loi était exactement ce qui avait été appliqué sur le terrain. Maurice Kamto eut donc introduit dans chacun de ces textes de loi les éléments qui par la suite auraient permis de vous mettre, à la face des camerounais et du monde entier, face à chacune de vos permanentes contradictions juridiques dans l'application à tête chercheuse des textes de loi. C'est ce qui s'appelle avoir toujours une longueur d'avance sur ses détracteurs et c'est tout cela qui fait de Maurice Kamto aujourd'hui le Président-Elu, en dehors de toute fraude électorale, de la République du Cameroun. Et sa victoire, fort heureusement, il entend bien la défendre jusqu'au bout: "Je ne vous trahirai jamais" dixit le Président-Elu.

Chers sardinards, vous voyez donc que même dans une configuration entièrement irréelle, même en vous prenant au mot et au sérieux dans toutes vos affabulations, Maurice Kamto Scotfield demeure toujours le maître du jeu et a toujours eu une bonne longueur d'avance sur vous. A plus forte raison lorsque l'on revient dans un monde plus réel où lesdits textes promulgués, soit ne furent pas son œuvre – perfectionniste et prudent qu'il est en permanence dans toute activité – soit n'étaient pas conformes au travail initial qu'il eut produit et remis. Fort heureusement, la "République exemplaire en construction" de Me Teghem que souhaite également voir émerger le Président-Elu Maurice Kamto est une République qui se veut véritablement ouverte à tous ses fils et filles, sans exclusion aucune, y compris à ceux et celles qui hier encore l'auraient combattu, par naïveté, de bonne foi ou pour tout autre intérêt, avec la plus grande énergie. Raison pour laquelle vous n'avez aucune crainte à venir, vous aussi, chers 'amis' sardinards ou anciens sardinards, prendre part au plus grand rassemblement citoyen et politique de la décennie au cœur de l'Europe.

Prenez ceci à la fois comme une main tendue et comme une invitation officielle et solennelle de la part d'un compatriote. Vous ne regretterez certainement pas d'avoir finalement été le jour-j au bon rendez-vous l'histoire, celui qui peut-être, qui sait, marquera votre propre renaissance et le début d'un engagement pour la véritable renaissance du Cameroun – et par-delà même la renaissance de toute la région Afrique Centrale – trop longtemps, à ce jour, demeuré dans le wataroute. La première des forteresses du tyran Biya fut prise le 29 juin 2019 à Genève en Suisse. Cette première prise fut l'œuvre par la BAS, c'est-à-dire par la première ligne de front de Résistance nationale. La prise de cette forteresse permis ainsi de démystifier définitivement le tyran et de le mettre totalement à nu en tant que président usurpateur devant le peuple souverain et la communauté internationale. Certes cette prise ne fut pas sans un petit brin de violence physique et d'affrontements musclés, mais cette étape contribua à résolument libérer les énergies et le courage d'une diaspora qui ne recule désormais plus devant aucune menace et intimidation pour la libération du Cameroun.


La prise de la seconde forteresse du tyran Biya aura lieu à Paris le 01 février 2020. Et cette fois, la prise sera conduite par le Président-Elu himself, entouré du peuple souverain et des amis du Cameroun (Africains et Européens inclus, et notamment Français). Il s'agira donc, suivant la touche personnelle et désormais légendaire de Maurice Kamto, de la prise de la Bastille de la façon la plus pacifique et la plus joyeuse jamais vécue en terre Française: un Meeting de Remerciement sans équivalent de la part d'un Président étranger dans un pays hôte. Cette deuxième étape connaîtra ensuite un prolongement au pays de l'érable et au pays de l'oncle Sam. La troisième et dernière forteresse qui sera conquise se fera au Mboa – et nulle part ailleurs – avec la reprise en main par le peuple souverain, de sa suprême souveraineté confisquée depuis plusieurs décennies par le tyran et ses alliés occultes. Mais en attendant ce jour béni, tous ensemble à Paris le 01 février 2020 avec le président Maurice Kamto.


PAR ROMUALD TAGNE

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.