Breaking News :

lundi 22 juillet 2019

Les héritiers naturels autoproclamés du Cameroun : l’Elite Bulu

 Alors qu’elle se rendait le  28 juin dernier à l’Assemblée nationale pour défendre le projet de loi portant cadre général de sûreté radiologique et nucléaire, de sécurité nucléaire de responsabilité civile, et de l’application des garanties, Madeleine Tchuinté a démarré ses propos par une parenthèse sur l’humiliation subie par Paul Biya en Suisse, sommé de quitter le territoire suisse par un gouvernement fédéral.

Très en colère contre la BAS, la ministre Tchuenté a déclaré « Avant donc d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à joindre ma voix à celle de tous nos compatriotes républicains et de bonne volonté, pour condamner avec la plus grande fermeté, les actes barbares, moyenâgeux et honteux perpétrés à Genève le 25 juin dernier, par un groupuscule d’individus antipatriotiques et irresponsables, dont l’outrecuidance a été de troubler le séjour genevois du couple présidentiel, de ternir l’image de [notre] pays et de commettre un blasphème à l’égard de l’institution présidentielle ».Avant de terminer sa parenthèse sur la BAS , les députés se sont mis à l’acclamer.

Au-delà des condamnations par les  personnalités membres du gouvernement et acteurs politiques proches du régime, un groupe de députés se désignant non pas de la république, mais de la région du sud a fait un communiqué condamnant la BAS, indexant et mettant en garde une tribu.

Fédéralisme dans le sud et conservateurs à travers l’hypercentralisation du pouvoir dans le reste du pays ?

Les agissements des élites Bulu laissent croire que le Cameroun serait dans un système avec un état fédéral autonome dans la  région du sud, et le reste du pays hyper centralisé contrôlé par cette même élite Bulu.

En 2014, le maire Christian Mebiam Mfou'ou, chef de l’exécutif municipal de Meyomessala faisait des déclarations curieuses sur le gisement d’or et de diamant découvert dans son arrondissement.

«Les deux gisements seront exploités par la Société communale d'exploitation minière (SOCEM) créée par la mairie. Pour l'instant, je préfère ne pas donner de détails sur les deux gisements de peur que d'autres personnes viennent s'accaparer notre trésor et nous reverser que 10% des revenus. C'est une découverte que nous voulons entourer de discrétion jusqu'à l'exploitation proprement dite. Avec les deux gisements d'or et de diamant, nous allons pouvoir développer notre arrondissement»,

Un important gisement de basalte avait été découvert dans l’arrondissement de Bandjoun, la mairie dirigée par Fotso Victor n’a pas été capable d’obtenir une licence d’exploitation de ce minerai qui rentre dans la constitution du gravier. Dans le Sud, la Mairie parvient à gérer l’Or et diamant qui se trouvent sur son sol.

Usine de transformation de manioc

26 milliards de FCFA sortis des caisses de l’état pour la construction de l’usine de transformation de manioc de Sangmelima. La SOTRAMAS était la première société à capital public du Cameroun mettant en évidence, un partenariat d’un établissement public et une commune.

Usine des tracteurs d’Ebolowa

L’Elite gouvernante  a traversé Douala centre des affaires, Edéa ville industrielle pour installer à Ebolowa une usine des tracteurs qui aujourd’hui est dans la broussaille, 18 milliards de FCFA perdus

La gestion du Port de Kribi

Alors que l’Autorité Portuaire, l’établissement public administratif réorganisé par la loi n° 98/021 du 24 décembre 1998 avait un programme de développement d’infrastructures portuaires du Cameroun avait dans son agenda le développement des ports de Limbé, Tiko et Kribi, l’Elite Bulu au cœur de la machine politico administrative a privilégié la construction du port de Kribi, injectant plus de 650 milliards de FCfa,( 400 milliards pour l’infrastructure portuaire et 250 milliards pour la route Kibi-Lolabé).Pour Christian Penda Ekoka, ex conseiller démissionnaire de Paul Biya ,en investissant 10 % du montant dépensé au port de Kribi   à Tiko et Limbe, l’on aurait eu un impact positif immédiat sur l’économie.

L’autorité portuaire a tout simplement été mise à l’écart dans le développement du port de Kribi pour être remplacé par un comité de pilotage, et d’unité opérationnelle autonome. Ce comité de pilotage a été reconfiguré pour le développement de la ville de Kribi. Loin du contrôle du Ministère du développement urbain et de l’habitat.

 Le barrage de Memve Ele

Construit dans la région du Sud, contrairement à Lom Pangar, Song Loulou et bien d’autres, celui de Memve Ele devrait être géré  par EDC, sauf que les élites et autorités traditionnelles du sud revendiquent la création d’une unité autonome de gestion dénommée Hydro Memve Ele.

Le Barrage de Mekin

Avant le démarrage du projet de barrage de Mekin, Hydromekin a été crée pour la construction et l’exploitation de cette infrastructure hydroélectrique dans le sud, loin du contrôle d’EDC.

« Apres Biya ce sera toujours Biya, » disait dans les réseaux sociaux une élite Bulu du sud. Président d’un groupement des chefs d’entreprises au Cameroun, cette élite est convaincu d’être héritière du pouvoir au Cameroun et n’entendent pas le céder.

L’essentiel des projets structurants soutenant la création des richesses viennent de la région du Sud. Entre le complexe industrialo portuaire de Kribi, et les infrastructures du comice agro pastoral tenu dans le Sud, très vite les élites Bulu sous le regard  des impuissant des Sawa s’activent à  tuer l’économie de Douala au profil de Kribi.

Plusieurs autres projets sont en gestations dans la région du sud, notamment la construction d’un aéroport international la construction d’une raffinerie de pétrole, cette région a absorbé une grande partie du budget alloué au programme agropole pour le développement de l’agro-industrie.

Si la région du sud reste enclavée sans route, c’est essentiellement  à cause des détournements massifs dans les projets de construction d’infrastructures routières. Kribi sera bientôt relié à Ebolowa par une route longue de 170 km construite par une entreprise italienne.

Tous ces projets trahissent non seulement les intentions réelles des élites d’un clan tribal mais mettent en évidence l’incompétence de ce régime incapable de réaliser le moindre projet du fait de l'incompétence ,corruptions et  détournements comme c'est le cas sur les barrages ,logements sociaux de Mvomeka, électrification au solaire, stade Paul Biya de Mvomeka,centrale à gaz Kribi,et bien d'autres.

Albin Njilo


Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.