Breaking News :

lundi 30 mars 2020

« …Les ambazoniens seront combattus jusqu’à la dernière énergie sauf si une puissance plus puissante que la France rentre en jeu et que les francophones… »


Mardi 24 Décembre 2019, alors que les  camerounais préparaient  la fête de la nativité, Paul Biya  a promulgué une loi sur la décentralisation .Ce même jour dans le Noso, Cameroun anglophone, le cou d’un soldat francophone est tranché par les sécessionnistes.

Trois ans après le déclenchement de la crise anglophone, les camerounais surtout francophones peine à comprendre les véritables enjeux de cette crise qui selon le ministre délégué auprès du Commonwealth a déjà fait plus de 760 morts parmi les soldats de l’arme régulière. En 1996 le Cameroun décide de la mise en place de la décentralisation.

En 2010 la France organisait au Cameroun un séminaire consacré à la gestion des compétences et des ressources de première génération transférées aux communes et communautés urbaines. Elle aidait déjà le Cameroun.

En 2016 les anglophones décident face à l’échec de la politique de décentralisation, de revenir au fédéralisme. Le fédéralisme a été approuvée par la société civile indépendante comme meilleur model pour le Cameroun, les partis politiques non pro-régime, les personnalités publiques …Un élu local, maire de Bafang a publiquement revendiqué le fédéralisme.

La voix des anglophones était plus audible parce que face à la répression du régime, certains dans le NOSO ont pris les armes. Aujourd’hui, 23 ANS APRES, la France revient dire qu’elle est prête à aider le Cameroun dans la mise sur pieds de la décentralisation.

En effet : « La crise anglophone est une menace directe contre la francafrique c’est pourquoi les ambazoniens seront combattus jusqu’à la dernière énergie sauf si une puissance plus puissante que la France rentre en jeu et que les francophones camerounais comprennent que c’est aussi une lutte d’émancipation pour tous les camerounais et non pour les seuls anglos » Explique Bobby Laroche Fobang Nkabyo de la société civile camerounaise qui précise sur  la misère des camerounais « En réalité si le Cameroun était resté sous la culture entièrement allemande ou anglo-saxonne on serait une véritable puissance africaine mais le passage de la France par ici nous a relayé et maintenu dans le club des pays les plus pauvres de la planète. ».

Christian Penda Ekoka président du Mouvement Agir a toujours revendiqué la modification de la forme de l’état comme condition pour un Cameroun prospère .Selon lui, La dynamique de prospérité est liée à la forme de l’Etat et   le fédéralisme  comme le meilleur model de gouvernance politique.

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.