Breaking News :

mercredi 08 avril 2020

Afrique du Sud : 180 demandeurs d'asile détenus pour être entrés de force dans les bureaux du HCR

Plus de 180 ressortissants étrangers ont été arrêtés pour avoir pris d’assaut les bureaux du Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) à Pretoria afin d’obtenir leur transfèrement vers un autre pays, a indiqué samedi la police sud-africaine.

Depuis le 8 octobre, des étrangers occupaient les trottoirs devant les bureaux du HCR pour demander l’aide de l’agence afin de quitter l’Afrique du Sud, où ils ne sentent pas en sécurité, après une nouvelle vague de violences xénophobes qui a fait au moins 12 morts en septembre.

“Cent quatre-vingt-deux hommes et une femme ont été arrêtés par la police et placés dans différents commissariats”, a annoncé samedi Mathapelo Peters, porte-parole de la police provinciale.

Ils sont détenus pour violation de propriété et devraient comparaître lundi devant un tribunal de Pretoria, a-t-elle ajouté.

La police a utilisé des canons à eau pour disperser les manifestants, qui ont riposté avec des pierres. Le lieu du sit-in a été ensuite nettoyé et des centaines de femmes et d’enfants ont été transportés en bus jusqu‘à un centre de rapatriement situé à la périphérie de Johannesburg pour y être “hébergés temporairement”, a déclaré Mathapelo Peters.

Principalement originaires d’autres pays africains, les étrangers en Afrique du Sud disent en avoir assez des mauvais traitements et discriminations et veulent être transférés dans un autre pays.

L’Afrique du Sud abrite 268.000 réfugiés et demandeurs d’asile, selon le gouvernement. Ils sont principalement originaires de Somalie, Ethiopie, Zimbabwe et République démocratique du Congo.

Le pays, à l‘économie la plus industrialisée du continent, s’enorgueillit d’avoir une des politiques d’asile parmi les plus progressistes au monde, permettant aux étrangers de demander le statut de réfugié dans le pays même et de travailler pendant le processus. Mais peu y obtiennent finalement le statut de réfugié.

AFP

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.