Breaking News :

jeudi 21 novembre 2019

Sangmelima: coup de canif sur le fameux "vivre-ensemble" chanté!


Cette image m'a fait un tel choc. Surtout quand j'ai appris que c'était récent et dans une zone réputée sécurisée du Cameroun. Au sud Cameroun donc.
Il s'agit-là des ressortissants de l'Ouest du Cameroun notamment originaires département du Noun. Attaqués et pillés dans la ville de Sangmelima chef lieu du département du Dû à et Lobo dont est originaire le président de la République Paul Biya, ces compatriotes ont fait l'objet d'une furie de présumés jeunes du coin pour une histoire de moto volé par un malotru. Ce dernier originaire du Noun, celà explique-t-il comment que l'essentiel des ressortissants du Noun, et parfois des musulmans ainsi que des petits commerçants et opérateurs de toutes ces petites activités de survie de nos zones urbaines ont été pris pour cibles? J'ai de la peine à penser qu'à défaut d'être prémédité, ces actes ne traduisent un refoulé non dit de rejet de l'autre, venu d'ailleurs!
Pis, ça se passe dans ce Sud du Cameroun où les défenseurs les plus zélés voire violents de la république unitaire décentralisé donc du fameux slogan "Cameroun, Un et indivisible", autrement dits les plus virulents opposants à toute idée de décentralisation réelle pouvant aller jusqu'au fédéralisme - même à 10 États - sont souvent issus. Quel paradoxe! Quelle que chose ne tourne décidément pas rond dans le fameux "vivre ensemble camerounais", slogan officiel le plus réclamé l'irruption de la crise dans les régions du Nord Ouest et du Sud-ouest du Cameroun. Mais aussi depuis la dernière élection présidentielle!
Il va falloir aborder assez ouvertement la question de la nature de l'Etat du Cameroun qui favorise quelques prédateurs locaux et internationaux tout en distribuant la misère partout qui fermente chez l'essentiel de ses pauvres victimes , cette haine de son prochain, généralement l'allochtone ou le compatriote venu d'une autre région et/ou pratiquant une autre religion monothéiste.
#AGA (Alex Gustave)

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.