Breaking News :

jeudi 21 novembre 2019

POURQUOI MANDELA ET PAS KENNETH KAUNDA ?

La Zambie était peuplée à l'origine par les Twas, Pygmées vivant de chasse et de cueillette.

En 1911, est proclamée colonie britannique sous le nom de Rhodésie du Nord. Un instituteur d'origine bemba, mènera une lutte acharnée pour l’Independence de son pays qu’il arrachera aux anglais et le rebaptisera Zambie. Cet homme a tenu à rendre un vibrant hommage à son compagnon de lutte, Robert Mugabe. Kenneth Kaunda , un héros marginalisé par l’occident.

……………………………


Lascony Nysymb

Mfumu KAUNDA, Mfumu KANDA, a fait le déplacement jusqu'à à HARARE pour s'incliner devant la dépouille de son ancien homologue et frère de combat Mfumu ROBERT GABRIEL MUGABE, malgré son âge très avancé (95 ANS, soit le même âge que le défunt). Comme quoi l'Afrique SOLIDAIRE existe. Les CRIMES de quelques écervelés en terre d'AZANIE ne sauraient nous faire oublier qui NOUS sommes.

Lorsqu'on étudie l'histoire du NATIONALISME noir, on s'aperçoit très vite que de tous les pays africains, c'est la ZAMBIE de KENNETH KAUNDA, dont on ne parle presque jamais, qui a payé le plus lourd tribut pour la libération du reste de l'Afrique. LUSAKA (capitale de la Zambie) a servi d'arrière-base à quatre mouvements de libération presque à la même période (1961 à 1990) : UMKOTO WE SIZWE (branche armée de l'ANC), la ZANLA de Robert Mugabe, la ZIPRA de Joshua Nkomo et la SWAPO de Sam Nujoma. Des milliers de Zambiens ont été décimés par l'aviation sud-africaine au temps de l'apartheid, à cause de la traque des maquisards ; des ponts et des immeubles ont été pilonnés depuis le ciel, mais ces raids n'avaient jamais entamé la détermination du Président KAUNDA. Bien au contraire, ils n'ont fait que renforcer ses convictions.

En 27 ans de pouvoir (règne abusif pour une république), le Président KENNETH KAUNDA n'a jamais été coupable d'une quelconque répression et d'un enrichissement personnel. C'est un homme simple et disponible qui vit au milieu de son peuple. “

On le surnommera par la suite le Ghandi noir.

Pendant 25 ans, la Zambie, pays enclavé, va deployer tous ses efforts pour se dégager de l'emprise économique du « bastion blanc » de l'Afrique australe (colonies portugaises, Rhodésie (Zimbabwe) et Afrique du Sud), par lequel transite tout son commerce extérieur, notamment ses exportations de cuivre. La Zambie va souffler en 1975 avec l'accession à l'indépendance du Mozambique et de l'Angola, et l'achèvement de la voie ferrée construite par les Chinois entre Dar es-Salaam et la province de la Copper Belt (« Ceinture de cuivre »). Pour ne plus dépendre de l'électricité fournie par le Zimbabwe alors dirige par les blancs, K. Kaunda fait construire une centrale sur la rive zambienne et un barrage sur la Kafue.

Peu après son arrivée au pouvoir, le président Kaunda met fin au régime des royalties que versait la Rhodésie du Nord à la British South Africa Chartered Company pour les concessions minières accordées au début de la colonisation, moyennant une indemnisation payée à parts égales par la Zambie et le Royaume-Uni.

Il se lance ensuite dans un programme de nationalisation des entreprises privées, puis des mines de cuivre, dont des organismes d'État acquièrent la majorité du capital.

C’est à ce moment que l’occident, Grande Bretagne, Etats-Unis et Union européenne vont lancer un programme diabolique visant à déstabiliser l’économie du pays à travers a suspension des subventions sur la production du mais par le FMI.

En 1990, le prix du maïs va doubler et l’inflation va atteindre les 120 %. Après de graves émeutes, et l'échec d'un coup d'État, le président rétablit le multipartisme réclamé, entre autres, par le Movement for Multi-party Democracy (MMD), créé par le leader syndicaliste bemba Frederick Chiluba : le Tshangarai Zambien qui lui, après avoir gagné les élections, viendra entreprendre de privatiser toutes les entreprises sous contrôle étatique (dont les mines de cuivre), de brader les ressources du pays et de diminuer le nombre des fonctionnaires.

La Mopani Copper Mines, sera félicitée par l’Union Européenne pour son très bon travail pour développer la Zambie, puisqu’elle lui donne un financement de 48 millions d’Euros à travers la Banque Européenne d’Investissement.Or curieusement, ils sont les mêmes à classer le pays comme une nation où 73% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Cette mafia des multinationales fera découvrir un manque à gagner de plusieurs centaines de milliards de dollars, de quoi faire de la Zambie un pays riche et prospère.

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.