Breaking News :

mercredi 13 novembre 2019

«Trahi par la Chine après son alliance avec la France contre le peuple Camerounais, le rapprochement fraternel avec nos frères des USA n'est-il pas une opportunité?»

« Que faites-vous avec les américains, ils sont brutes, barbares et grotesques ! » Cette phrase on l’entend de plus en plus dans les milieux français au Cameroun depuis l’implication active des USA  dans la résolution des différentes crises que traverse le Cameroun.

Depuis sa campagne présidentielle, Donald Trump avait désigné la Chine comme "ennemi numéro un des états Unis".

Contrairement à ces prédécesseurs qui se limitaient aux paroles, Donald Trump pour sauver l’économie de son pays dont la balance commerciale était déficitaire est passé de la parole aux actes, il n’a pas hésité de lancer la croisade commerciale contre la Chine. En déclenchant cette guerre commerciale, il y a un objectif inavoué

« Retarder au maxi, la Chine dans sa conquête pour la première puissance économique mondiale en attendant pour plus tard le titre militaire. Les États-Unis et notamment Donald Trump ne l'entendent pas ainsi.» précise Françoise Nicolas cité par le Parisien.Les guerres de demain se livrant aujourd'hui, l'Amérique voudrait dès maintenant contrer l'expansion chinoise en Afrique.

Peter Barlerin après sa nomination comme ambassadeur des USA au Cameroun avait lors d’une rencontre en Afrique de l’Ouest annoncé l’intention qu’avaient son pays de densifier son partenariat économique par l’offensive des entreprises américaines au Cameroun .Quelques années auparavant, au cours d’une visite au Mozambique, John Kery déclarait « Sept des neufs pays a la croissance la plus rapide au monde sont en Afrique, c’est notre nouvelle destination ». Ce n'est ni flatteur ni complaisant. L'avenir de la première puissance mondiale pour un relatif proche futur  se joue en Afrique.

Une grande partie du continent africain, notamment l’Afrique francophone fait partie du pré carré français comme le concédait la lecture géopolitique classique. Difficile d’y imaginer quoique ce soit sans la France. Toutefois, Donald Trump étant un politicien atypique ne voit pas les choses de cette manière. L’Amérique d'abord et l'Amérique elle-même en avant sans délégation. Dès ce nouveau positionnent, la France de manière opportuniste et voulant prolonger son rôle sans en avoir vraiment les moyens, a adopté un profil bas face à la Chine en Afrique. Elle joue donc comme tout faible un double jeu "elle détient encore les codes d'accès politique dans nos pays et joue à fond cette carte auprès de la Chine encore timide et complexée".

L'occident fragilisé et la France en particulier, les USA peuvent-ils encore compter sur la fidélité du pays des fromages ? That is the question!

Comme les états, la France et les putes n'ont pas d'amis. Ils n'ont que des intérêts.

Les USA de Donald Trump et la FRANCE des Macaron ne le savent que trop bien.

Les collusions entre la France et la Chine se déclinent clairement dans les groupes comme Bolloré avec le projet du PAK, l'achat des voitures ferroviaires accidentées de la catastrophe d'Eséka, l'exploitation forestière du bois de nos forêts, les dotations des terres agricoles à la Chine, le projet de barrage de Nachtigal pour lequel l’alliance Chine/France se confirme à travers EDF entreprise publique chinoise dans le domaine électrique avait signé avec la Chine un accord sur le financement de tous les projets portés par cette structure hors de France. Ce projet est donc le tout premier projet hydroélectrique d’EDF hors de France suivant cette nouvelle formule (Les parts d’EDF  sur la base de cette alliance seraient donc venus de Chine, lance Victor Chen, activiste Camerounais. Dans la ville de Bangangté, désormais porte d’entrée de la nouvelle franc Afrique au Cameroun  les collusions entre les élites de cette ville et les dirigeants français ont conduit à céder une carrière exploitable pour 99 ans aux chinois.

A l’initiative de Kareen Bass, congressiste noir américaine, la chambre des représentants du congrès des USA a adopté une résolution mettant la pression sur le gouvernement camerounais .C’était après une visité des sénateurs du Black Caucus pour toucher du doigt la crise post-électorale et sécuritaire du pays.

Augustin Frederick Kodock disait « Lorsqu’on se noie , on s’accroche même à un serpent »

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.