Breaking News :

samedi 21 septembre 2019

Maurice Kamto doit-il craindre pour sa vie après le décès d’Inoni Ephraim ?

De source crédible, l’ancien premier ministre du Cameroun Inoni Ephraim est décédé ce mercredi 21.082019 à l’hôpital central de Yaoundé. Celui que la presse et plusieurs ONG présentaient comme prisonnier politique aurait succombé aux blessures survenues  à la suite d’une mutinerie au sein de la prison centrale de Kondengui, il avait alors été agressé par des prisonniers condamnés à morts.

Plusieurs personnalités parmi lesquelles  la présidente par intérim du MRC Tyrianne Noah s’était interrogée sur les circonstances de la libération des condamnés à mort de la prison de Kondengui dont les cellules étaient verrouillées. Selon certains témoignages dans les réseaux sociaux, ces condamnés à mort  avaient été libérés pour neutraliser les prisonniers anglophones à l’origine de la mutinerie, ils ont préféré s’attaquer aux prisonniers de luxe.

Pourquoi Inoni Ephrain n’a-t-il pas été évacué après son agression ?

Construite il y a 52 ans, la prison centrale de Kondengui prévue pour 1000 prisonniers accueille aujourd’hui près de 6000 selon les ONGs de droits de l’homme. Une mutinerie a éclaté dans cette prison le 23 Juillet, des prisonniers politiques de la crise anglophone revendiquant d’être jugé car plus de 80 % de détenus dans les prisons camerounaise n’ont jamais été reconnu coupable devant un juge.

Les circonstances de son décès amènent à s’inquiéter sur  la sécurité des prisonniers politiques de la coalition autour de Maurice Kamto détenus alors que les mandats de dépôts sont expirés. Cette coalition revendique sa victoire à la présidentielle de 2018.Le conseil constitutionnel avait déclaré Paul Biya vainqueur sur la base des procès-verbaux non signés par les représentants du MRC dans les bureaux de votes.

Selon media part,  Inoni Ephraim est accusé de détournement de 283 milliards de F CFA dans le cadre de l’attribution d’un marché de gré à gré en procédure d’urgence au cabinet APM, société dont il était le président du Conseil d’administration. « À aucun moment, la justice camerounaise n’a démontré qu’Inoni Ephraïm a «obtenu» ou «retenu» tout ou partie de ce pactole dans le cadre de ce marché qu’il n’a ni négocié, ni signé. Bien plus, celui qui a signé ce marché au nom du cabinet a été acquitté. » Précise le média Français en ajoutant qu’ne seconde accusation portai sur la distraction de 1,4 milliards de F CFA, il s’agit d’un montant débloqué par le ministre des Finances de l’époque M. Michel Meva'a m'Eboutou (oncle du dictateur Paul Biya et actuel secrétaire général du Sénat au Cameroun). Le destinataire qu’était le loueur d’avion australien Ansett avait accusé réception des fonds.

Pour le journal Hurinews.com Inoni Ephraïm aurait émis des réserves suite au limogeage en septembre 2007 des ministres de la Santé, Urbain Olanguena Awono, de l’Économie et des Finances, Polycarpe Abah Abah, et des Relations Extérieures, Jean Marie Atangana Mebara. Ces derniers ont été présentés par la presse locale comme des membres du G11.

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.