Breaking News :

samedi 19 octobre 2019

Le Chef de projet de construction du stade Paul Biya d’Olembe Benoît Fabre séquestré dans son bureau par les employés.

Pour avoir été pris en otage par le personnel réclamant le paiement de salaire, le chef de projet a appelé PICCINI Italie au secours.

Malgré les multiples assurances apportées par le Ministre des finances sur la soutenabilité de la dette camerounaise qui serait de l’ordre de 35% du PIB, plusieurs signes nous laissent penser le contraire. Le cas du stade Paul Biya d’Olembe en construction est là pour nous persuader à croire que, soit le Cameroun s’achemine vers une sorte de banque route financière, soit ses dirigeants sont mus par un esprit criminel qui les rend insensibles aux problèmes de leurs compatriotes. Le personnel de PICCINI à travers sa société de sous-traitance pour ne pas dire d’esclavagisme se retrouve dans la même posture que les ex-employés des sociétés d’état détruites sous le Renouveau qui réclament depuis 31 ans, le paiement de leurs droits.

Les faits

Entre le 11 et le 24 juillet 2019, la société de sous-traitance de PICCINI, 2IM a fait signer des procès-verbaux de conciliation totale à 849 employés avec promesse ferme de payer les 4 mois de salaire dus. Du 22 au 24 juillet, le PCA  de PCCINI, Asmaron, un Erythréen a séjourné au pays de Paul Biya. Durant ce séjour, il a rencontré le Ministre des Finances Louis Paul Motaze avec qui ils ont convenu d’une nouvelle échéance de livraison du stade au 31 décembre 2019. Malgré la présence d’une équipe restreinte depuis le 20 juin sur le site, il ne serait pas faux de dire qu’on serait dans une opération « site mort.» Les membres de cette équipe seront eux à 6 mois d’arriérés de salaire au 19 août 2019.

Le 10 août courant, le Chef de projet Monsieur Benoît Fabre déclarait qu’ils paieront une partie des 4 mois de salaire attendu pour permettre aux employés de préparer la rentrée scolaire de leurs enfants. Toutefois, pour faire dans l’ambigüité qui les caractérise, il déclarait aussi que pour d’autres ils verront ce qu’ils vont faire. Et là, ce discours a replongé l’ensemble du personnel dans une confusion qui ne dit pas son nom ; un flou total ! Pourtant, les PV de conciliation totale stipulent que la totalité des sommes due doit être payée avant la reprise des travaux.

Le 13 août, les employés ont séquestré le chef de projet Monsieur Benoît Fabre dans son bureau sans lumière jusqu’au 14 à 23 heures. C’est grâce au Commissaire Spécial Atcham qui a su avec respect et considération obtenir ce que ses supérieurs hiérarchiques au niveau régional n’auraient pas pu, à savoir, la libération du chef de projet Benoît Fabre. Celui-ci a d’ailleurs écrit à PICCINI Italie pour demander un soutien financier afin de leur permettre d’honorer leurs engagements vis-à-vis du personnel. Ceci n’est-il pas là une preuve que les jours qui arrivent s’annoncent difficiles au point où l’organisation de la CHAN 2020 et la CAN TOTAL 2021 devient hypothétique ? Les champions en leçon de patriotisme quand les Lions indomptables réclament le paiement de leurs primes ne donnent pas de la voix dans ces cas-ci.

Léonard Fandja (http://lesvisagesdafrique.online)

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.