Breaking News :

samedi 24 août 2019

Les deux centrales solaires annoncées par Eneo mettent à nu l’incompétence et la mafia entre le gouvernement et Huawei.

 « Les deux centrales solaires seront construites dans les localités de Guider (10MWc), région du Nord et de Maroua (15 MWc), région de l'Extrême Nord du Cameroun pour un coût d’investissement combiné de 22 millions d’Euros (14 milliards de Francs CFA) et devraient fournir annuellement une énergie électrique de 49 GWh, dont le prix par kWh est jugé très compétitif par rapport au marché. » peut-on lire dans un communiqué rendu public par l’opérateur du secteur d’énergie électrique du Cameroun.

Deux centrales solaires de 25 MW au total pour un investissement de 14 milliards, ce projet sera réalisé en partenariat avec un consortium de développeurs composé de Scatec Solar, Izuba Energy Sphinx Energy .

Eneo n’est pas à sa première expérience dans le solaire, elle annonçait  le 25 janvier 2018   la mise en service à Djoum dans la  Région du Sud, de sa première centrale photovoltaïque, faisant de cette localité le premier système hybride thermique-solaire, du Cameroun.

Le Directeur General d’Eneo Joël Nana Kontchou avait profité pour inviter le secteur privé à investir dans la production énergétique solaire qui pour lui représente une grosse opportunité  « avec la mise en service du projet pilote de Djoum, nous sommes en train de prouver, par les actes, l’adage selon lequel le soleil brille pour tout le monde et nous voulons encourager les acteurs économiques locaux à investir dans cette énergie verte, qui est aujourd’hui une vraie opportunité. Les infrastructures solaires sont de moins en moins chères et peuvent justifier plus d’investissement dans ce secteur. Nous développons nos compétences et sommes disposés à collaborer avec les acteurs qui s’intéressent à la filière, afin d’accélérer l’accès à l’électricité dans les zones rurales au moyen de la production décentralisée ».

« Eneo développe deux centrales solaires de 25 MW à 14 milliards au Cameroun contre les 54 milliards de FCFA  du gouvernement camerounais et Huawei pour une  production totale de 87  KW. »

En 2017, grâce à un crédit acheteur  du partenaire Huawei, le gouvernement camerounais a lancé un vaste projet d’électrification de 166 localités. Gaston Eloundou Essomba, le ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee) a inauguré le 15 mars des centrales solaires à Doumaintang (Est-Cameroun), 32 km d’électricité pour un montant de 54 milliards de FCFA.

Tout un scandale entour la gestion de ce projet qui quelques semaines après livraison, a cessé de fonctionner dans plusieurs localités à cause de la mauvaise qualité du matériel utilisé. Il etait question de la construction de 166 mini-centrales solaires d’une capacité totale de 11,2 MW pour un montant des 54 milliards, la mise en place des réseaux de distribution et l’installation d’un système de comptage et de facturation de l’énergie pour alimenter 22 000 ménages à travers les 10 régions.

« En effet, le matériel actuellement utilisé sur les sites du projet est loin d'être celui dont parle le cahier des charges. Tenez, dans le cahier des charges, il est clairement mentionné les matériels à acquérir et les montants d'achat au marché de Hong-Kong (Chine) sont indiqués. Mais, dans une coquinerie dont seul le Cameroun est le grand perdant, l'entreprise Huawei chargé de fournir ce matériel va nous apporter le matériel de mauvaise qualité. En lieu et place des câbles de transport de l'énergie en cuivre comme exigés dans le cahier des charges, ils vont fournir des câbles en aluminium qui est trois fois moins coûteux par rapport au cuivre sur le marché. Les batteries fournies ne possèdent pas la puissance indiquée dans le cahier des charges, les plaques solaires ne sont pas conformes à celles qui avaient été présentées lors du projet pilote de Mvomeka, l'entreprise Huawei a donc changé la qualité des plaques solaires. Et pour réceptionner ce matériel, c'est le directeur du projet Nelson Asandji Che qui s'en est chargé. Curieusement, au lieu de renvoyer le matériel et signifier aux représentants de Huawei que le matériel n'est pas conforme aux exigences du cahier des charges, il va valider et réceptionner contre l'avis des ingénieurs camerounais. Une source dans l'entreprise chinoise nous apprend que l'ex-ministre de l'Eau et de l'Énergie Basile Atangana Kouna aurait demandé qu'on utilise le matériel moins coûteux pour bénéficier des rétrocommissions de cette affaire. Des langues bien renseignées parlent de près de 7 milliards engrangés dans ce détournement. » Pouvait-on lire chez Camer.be sur le projet initié par le gouvernement camerounais et Huawei.

Les entreprises chinoises sont accusés de collusion avec la mafia administrative du Cameroun notamment dans la gestion des projets d’infrastructures, ce qui donne raison à Christian Penda Ekoka lorsqu’en 2016 il demandait au gouvernement camerounais de sortir de la logique de gré à gré avec les entreprises chinoises sous le prétexte du financement par EximBank china.


Albin Njilo

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.