Breaking News :

samedi 24 août 2019

Médiation pour le dialogue inclusif : Collusions entre les intérêts suisses et le régime Biya, la République helvétique disqualifiée .

Alors que la diplomatie suisse parlait d’une visite du président Paul Biya pour ouvrir un dialogue avec les sécessionnistes, la presse helvétique « Le Temps » dans une publication datant du 04 Juillet révélait que le couple présidentielle était arrivé le dimanche 23 juin à Genève pour des raisons privées .Cette version avait été confirmée par la deuxième personnalité du Cameroun lors du meeting de Bafoussam  « La BAS est allée perturber le couple présidentiel en séjour en suisse pour se reposer » avait précisé Niat Njifenji Marcel, président du Senat.

Pourquoi  les diplomates suisses ont menti ?

 Selon un décompte du réseau d’investigation sur le crime organisé et la corruption (Organized Crime and Corruption Reporting Project – OCCRP) datant de février 2018, le président Biya avait passé au moins quatre ans et demi en visite privée à l’étranger sur ses trente-cinq ans de règne avec les rives du Léman comme destination préférée.

Après le Hold Up électorale le refus du dialogue inclusif, la BAS (Brigade Anti Sardinard) avait interdit au couple présidentielle tout séjour en Europe. Apres avoir passé 07 mois au pays, une première depuis qu’il est au pouvoir, les diplomates suisses auraient  monté une histoire de dialogue pour faciliter son repos à l’hôtel intercontinental.

Selon le Global Financial Intégrity ,Glencore avait fait perdre plus de 100 milliards de dollar à la Zambie à travers des manipulations comptables, elle est présente dans l’extraction de cuivre du pays. Malgré les critiques, l’entreprise avait reçu il y a quelques mois, la visite d’un conseiller fédéral suisse Ignazio Cassis venu féliciter l’entreprise.

Collusion entre les intérêts suisses et le régime Biya.

 

La collusion entre les intérêts suisse au Cameroun et le régime Biya au détriment du peuple camerounais devrait interpeller les camerounais et la communauté internationale sur l’impartialité de ce pays helvétique à conduire une médiation dans les différentes crises que traverse le pays.

LA SGS (Société Générale de Surveillance)

A son arrivé au Cameroun l’on parlait d’une période courte à laquelle l’entreprise devait former les camerounais pour un transfert de technologie. Bientôt 32 ans, la SGS est loin de parler d’un transfert de technologie alors qu’elle a pratiquement phagocyté la douane Camerounaise. Aucun pays au monde n’a concédé à une entreprise étrangère autant de pouvoir dans le contrôle des marchandises à ses frontières, maritime, aériennes et terrestres. La Suisse à travers la SGS  prélève 1,1 % sur tous les produits importés au Cameroun.

Les camerounais en  important 45 000 voitures comme ce fut le cas en 2018 la SGS se fait un bénéfice cash d’1 milliards 125 millions de FCFA

 « La SGS interdit à l’Etat d’autoriser un droit de regard à  l’Administration des Douanes, ni à une autre structure de corriger ce qu’elle aura décidé. »… « L’impunité totale ! Même en cas de faute de la SGS, cette dernière ne peut être poursuivie ! Le contrat renvoie l’Administration à poursuivre l’importateur à qui la SGS aura pourtant moyennant paiement imposé tous les éléments à déclarer ; la sécurité et la confidentialité de toutes nos transactions extérieures ; les seules personnes pouvant utiliser le système sont ceux à qui la SGS aura donné les Codes d’accès ; le Directeur General des Douanes est obligé de déplacer des hauts cadres de son Administration afin que ceux-ci aillent s’asseoir à la SGS et fassent le travail comme s’ils étaient des blancs venus d’ailleurs apporter leur technicité. Signalons que la SGS perçoit vingt-cinq mille (25 000) FCFA par véhicule, qu’aucun radis n’a jamais été versé ni à l’Administration douanière, ni aux Cadres ainsi redéployés qui travaillent bénévolement. Malgré que la SGS n’ait jamais pu évaluer un véhicule par elle-même, cet accord voudrait étendre désormais cette mascarade à tous les véhicules et autres engins importés au Cameroun ; véhicules d’occasion, camion, tracteurs, véhicules de diplomates etc...» Explique un douanier qui requiert l’anonymat avant de conclure « Chaque jour qui passe, on est tenté de dire : LE CAMEROUN C’EST LE CAMEROUN. Mais s’en contenter n’est-il pas démission, aveu de faiblesse, abandon de notre territoire aux forces lugubres et autres mercenaires tapis dans l’ombre et profitant de quelques postes de décision pour asservir notre pays. ».

Le cycle d’un doctorat d’état est de 07 ans, si la SGS transférait les compétences techniques, en enseignant les douaniers à l’Enam, elle aurait formé des milliers de douaniers.

Pierre Zumbach et Promote

C’est depuis le 02 avril 1993 qu’un accord a été signé entre l’Etat du Cameroun, et la Fondation Inter-progress du Suisse Pierre Zumbach. Déjà 26 ans, c’est toujours la Suisse qui organise la foire des entreprises camerounaise, un évènement qui fait l’objet de plusieurs scandales de détournements et de collusion entre le promoteur suisse et le régime Biya.

Pétrole SNH

Trois traders suisses  Glencore, Vitol et Gunvor contrôlent rachètent 50 % du pétrole camerounais à la SNH  pour revendre sur le marché international. Ces arrangements se font dans une opacité totale et généralement au mépris des intérêts nationaux.

Pétrole Tradex

C’est une information peu connue des camerounais, un trader suisse contrôle 26 % des actions de l’entreprise Tradex, filiale de la Société nationale des hydrocarbures (SNH) et impliqué dans les projets gaziers.

Pétrole Bakassi et Glencore

Non loin de la baie du Biafra, c’est à l’Est de la péninsule de Bakassi, immense réserve de pétrole que l’on retrouve le Rio Del Rey. Le régime du président Biya dans une opacité totale a signé un décret le 08 Janvier 2019 donnant  au trader suisse  75% des actifs, contre 25% pour la SNH, pour une validité de 20 ans renouvelable une seule fois, pour une période de 10 ans. Glencore est un spéculateur qui s’accapare les des licences d’exploitations pour les revendre aux mieux offrants, en 2018, il revendait ses parts évaluées à 75 % dans le bloc gazier de Matanda à Victoria Oil & Gas et Afex Global Ldd. Rappelons que Glencore avait été chassé du Tchad par le gouvernement tchadien.

NESTLE ET LE SCANDALE CODILAIT

Accusé de concurrence déloyale au Cameroun, les dirigeants camerounais n’ont pas été capables de protéger le petit poussin qui menaçait le géant suisse sur le marché des produits laitiers, Codilait. C’est 6 ans après la fermeture de de cette entreprise nationale  que la justice tranchera en sa faveur.

En 2012, alors que CODILAIT demandait 26 milliards de dédommagement,   l’ambassadeur suisse au Cameroun et le DG de Nestle ont été reçus au palais de l’unité par Paul Biya, c’est finalement 740 millions de F CFA de dommages et intérêts qui lui seront reversés.

Yoomee et la téléphonie mobile de Camtel

 

Alors que les camerounais attendaient le démarrage de Camtel Mobile après l’acquisition de la License comme 4 e operateur de téléphonie mobile, la grande surprise a été de constater que les infrastructures mises sur pieds par Huawei ont été octroyés à une entreprise en majorité ivoiro-Suisse Yoomee. Nulle ne connait le contenu de cet accords qui selon certaines sources devait faire l’objet d’un débat a l’assemblée nationale.


Albin Njilo

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.