Breaking News :

samedi 19 octobre 2019

Elovolution Gate : La route Batchenga –Ntui-Yoko-Lena s’achemine vers un nouveau projet à scandale au Cameroun.

Il y a plus de 50 ans que les populations de Yoko rêvent voir le goudron traverser leurs localités. C’est En 2015 que le gouvernement camerounais reçoit les premiers financements du JICA pour la construction de la route  Batchenga-Ntui- Yoko-Lena qui constitue un des maillons essentiel des voies d’intégration entre le Cameroun et le Tchad. L’ouverture de cette route  permettra de raccourcir la route de Yaoundé à la partie nord du pays d’environ 255 km, permettra de faire un gain de 255 km pour rallier le Tchad. Au jour d’aujourd’hui, pour relier Ndjamena à partir de Yaoundé, il faut parcourir 612 km.

Ce projet d’un montant de 250 milliards de FCFA est reparti en plusieurs lots, le premier lot long de 21,3 km financé par l’AFD et le Cameroun  et  attribué à l’entreprise Razel qui depuis la dernière visite du ministre Nganou Djoumessi il y a 04 mois,  a progressé de 0,8 km. Un pont de 400 m  sur la Sanaga est en construction, il sera livré en 2020, selon le ministre des travaux publics.

Sur le lot numéro 2,Ntui-Mankim 96,7 km financé par la BAD la BDEAC et le Cameroun puis attribué à une entreprise portugaise Elovolution Sa affiche une consommation de délai de plus de 58 %  pour un avancement global de 11 %.

Cette même entreprise portugaise est jusqu’ici présente sur les sites  malgré le reclassement du ministre il y a quatre mois .Les contreperformances de cette entreprise avaient amené le ministre à lui retirer publiquement le lot numéro 3   Manki-Yoko, financé par la BAD la JICA et Cameroun, elle a un taux d’exécution de 15,5 % sur une consommation de délai de 65,75%.

Certains ministres sont  soupçonnés par les populations  d’être des véritables patrons de l’entreprise qu’ils qualifient de prête nom, Elovolution SA qui sur son tronçon dans le trajet Batchenga Ntui-Yoko –Lena utilise les engins du Matgenie, avec une consommation globale de plus de 70 % du délai (Ntui-Yoko), le taux de réalisation est d’à peine 3 %. « Il semblerait que cette société Elevolution n'est qu'une société écran, un prête nom. La preuve, tous leurs engins sont des vieux trucs loués à partir d'omnisport Yaoundé et un compacteur loué du Matgenie. Pour un projet d'une telle envergure, l'entreprise ne dispose que de 6 camions benne, un petit compacteur, un camion-citerne, voilà leur équipement. C'est de la sorcellerie. Et à chaque fois, ils disent que leur équipements arrivent, c'est dans le bateau... »Précise une source proche du dossier.

« Vous n’avez qu’à écouter la raison évoquée au ministre lors de la dernière visite, pour justifier leur retard ils évoquent l’insuffisance du personnel cadre. Ce qui est d’un incongruité  »Poursuit un ressortissant de la localité.

Alors que l’entreprise Elovolution disait attendre les engins au port de Douala, ce sont les vieux engins qui sont arrivés sur le site, au grand désarroi des populations. « Tout le monde était perplexe, même le président de la section RDPC de Yoko n’a pas pu contenir sa colère, il a adressé une lettre au directeur de ladite entreprise. Imaginez qui va répondre à sa correspondance ? Vous n’allez pas y croire. Pour le savoir, faites un tour au quartier Golf à Yaoundé vers l’ambassade des Etats-Unis, où ils ont un bureau. » Précise notre source.

Seuls les lots attribués aux chinois de Sinohydro, notamment les lots 4   Yoko-Lena, Lena-Sengbe et Sengbe-Tibati avancent malgré les difficultés lies au financement par l’état du Cameroun.

La date de livraison de ces chantiers est prévue dans 10 mois.

Albin Njilo

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.