Breaking News :

lundi 22 juillet 2019

Près de 1000 milliards FCFA dépensés dans les importations de riz, de poissons et crustacés en trois ans, la crise chronique des devises est là.

Le Cameroun fait face à une crise chronique des devises, une rareté selon Célestin Tawamba, président du Gicam,  «?d’une ampleur sans précédent?».

Les mauvaises performances économiques des pays de la sous-région ont entrainé une rareté des devises. Au banc des accusés, la gouvernance politique du pays. Apres des gros investissements non productifs la dégradation de l’économie s’est accentuée par les dettes improductives et les importations massives des produits de première nécessité aggravant le déficit de la balance commerciale.

Lorsque dans un pays, les hommes d’affaires, gérants de casinos doivent se retrouver au parlement ou à l’assemblée nationale pour légiférer, il y a lieu de s’interroger sur la qualité de contrôle  sur l’action gouvernementale.

Un sénateur de la république et le vice-président du conseil économique et social contrôle à eux seule plus de 300 milliards d’importation  de riz et de poisson l’année, tous membres du comité central du RDPC qui devrait être l’organe stratégique de réflexions du parti au pouvoir.

Près de 1000 milliards FCFA dépensés dans les importations de riz, de poissons et crustacés entre 2015 et 2017

La crise des devises est là, les agences de transferts d’argent à l’international sont les premières victimes

Depuis juin 2018, la COBAC a exigé le rapatriement et la rétrocession de l’ensemble des actifs en devises étrangères détenus par toutes les banques de la CEMAC à la BEAC, sans exception. Avant cela, les banques commerciales pouvaient rétrocéder à la BEAC les devises issues des recettes d’exportations et à conserver pour leurs opérations courantes tous les autres types de devises.

Selon l’économiste gabonais Mays Mouissi, les transactions internationales dont l’émission ou la réception est faite dans une devise étrangère ne peuvent être réalisées que si l’intermédiaire financier qui vous accompagne dans cette opération possède des devises. « Pour avoir les devises qui sont indispensables à leur activité, Western Union, MoneyGram et Ria sollicitent les banques commerciales. »explique-t-il.

 

«?Face aux menaces réelles de paralysie de l’économie, le Gicam maintient le contact avec les autorités monétaires pour que des solutions à cette problématique soient identifiées et mises en œuvre. Le Gicam propose notamment que trois mesures conservatoires soient prises dans l’urgence, qui permettront de limiter les effets néfastes de cette crise des devises : la suspension temporaire de l’importation de certains produits?; le contingentement de l’importation de produits plus ou moins essentiels?; et la priorité donnée au paiement des importations de produits et services essentiels ainsi que des secteurs stratégiques?» propose le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam).

Ci-dessous, l’entretien avec Christian Penda Ekoka sur la dégradation de l’économie camerounaise


Albin Njilo

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.