Breaking News :

dimanche 22 septembre 2019

Cameroun : Le bâtonnier Tchakounte Patie Charles évite de se prononcer sur le cas de Maurice Kamto


 « Le cas Michèle Ndoki est une préoccupation pour le Barreau », déclarait  le Bâtonnier Tchakounte Patie Charles à la cérémonie de rentrée solennelle 2019 du Barreau du Cameroun en début de mois.

Le Bâtonnier  s’exprimait sur le cas de Michelle Ndoki arrêtée après la manifestation pacifique du le 26 Février, l’avocate  avait dalleurs reçu une balle à la Jambe.

 «  Le Barreau du Cameroun relève que les images de l'arrestation de Me Ndoki Michèle portent atteinte à sa dignité en tant qu'être humain, Avocat et femme et ce à quelques jours de la célébration de la journée Internationale de la Femme. » précise Me Tchakounte Charles avant de poursuivre, « Préoccupé par la détention d'un de ses membres, le Barreau du Cameroun suit attentivement les développements de la situation, et demande la libération de Me Ndoki Michèle. ».

Le bâtonnier Tchokounte contre toutes attentes s’est ainsi prononce sur le cas de Me Ndoki en évitant celui de Maurice Kamto, défenseur du droit et de la justice, par ailleurs membre du Curratorium du droit international .Maurice Kamto a plusieurs fois défendu le Cameroun sur les dossiers, notamment celui opposant le Cameroun au Nigeria sur la presqu’ile de Bakassi, ensuite le procès état du Cameroun contre le groupe Lafarge.

Bien que n’étant pas inscrit à l’ordre national des avocats, Maurice Kamto a plusieurs fois mis la toge dans les tribunaux camerounais.

« Même par solidarité , le barreau devait s’indigner contre l’arrestation de Maurice Kamto, comme l’a fait le barreau de paris sur le cas de Me Ndoki n’étant pas inscrite en France » explique un observateur politique avant de conclure « Me Basile ADER, vice-bâtonnier du barreau de Paris, et Me Stéphane de Navacelle en allant en prison rendre visite à Michelle Ndoki qui n’est  inscrite qu’au barreau du Cameroun   soutiennent un avocat en difficulté. Pourquoi le bâtonnier a évité et évite de prononcer le nom Kamto qui pourtant a défendu le Cameroun a plusieurs reprises? »

Pour certains, le Bâtonnier aurait été influencé par la présence au palais des sports, du président Clément Atangana dont l’institution avait fait preuve du ridicule aux yeux du monde lors du contentieux électorale, Jean de Dieu Momo, représentant du ministre de la justice qui a déclaré « le Barreau ne devrait intervenir que lorsque les questions professionnelles sont en jeu. »

Le barreau n’avait fait aucun commentaire sur la violation du droit élémentaire contre les invités du barreau, notamment Me Basile ADER, vice-bâtonnier du barreau de Paris, et Me Stéphane de Navacelle à qui l’on a refusé de rencontrer Ndoki et Kamto en prison.

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.