Breaking News :

dimanche 22 septembre 2019

Cameroun : Pour la 1ere fois depuis 1984, le système est sérieusement ébranlé

 

Après 36 ans de gouvernance du président Biya aujourd’hui âgé de 86 ans, le Cameroun plus que jamais est déchiré par  une crise politique .D’un côté une révolte armée dans le Cameroun anglophone, de l’autre cote dans le Cameroun francophone, les prémices d’une révolution pacifique non armée.

‘’ Progressivement, méthodiquement et irréversiblement, la Sécession est en train de détruire l'Etat unitaire. Cette histoire finira par l'effondrement du régime de Biya. Un régime autiste, plombé dans ses certitudes dépassées, fermé comme un oeuf et incapable de la moindre analyse. Ses thuriféraires croient qu'il contrôle la situation alors que celle-ci lui échappe ! L’Etat du Cameroun est à genoux et la Sécession saigne le Trésor Public à blanc. Maintenant qu'après la CDC, la SONARA est attaqué, l'Etat du Cameroun est au bord du rouleau, pratiquement KO debout ! En tout cas, ce ne sont pas les Sécessionnistes qui demandent le Dialogue, mais le Gouvernement ! Et il arrivera bien un moment où ce Gouvernement va le demander en suppliant’’ Dieudonné Essomba, économiste statisticien.

Alors que le gouvernement semble être dépassé dans la partie anglophone, à en croire l’économiste Dieudonné Essomba, dans le Cameroun francophone l‘indignation pacifique  réprimée  risque aboutir à la révolution démocratique non armée avec un peuple visiblement sorti de la peur.

Une source au sein de la coalition autour de Maurice Kamto relayait il y a plus d’un an les propos de regretté Ex Directeur du Cabinet Civil en ces termes, ‘’ c’est par la peur que l’on gouverne’’

Gouverner par la peur et la terreur, telles sont les méthodes utilisées par le régime depuis la naissance de l’état du Cameroun, avec pour seul but de conserver le pouvoir.

Pour la 1ere fois depuis 1984, le système est sérieusement ébranlé. Et ce n’est pas à cause de l'âge du vieux lion, le président Paul Biya mais parce que les fondements de son système sont attaqués.

Maurice Kamto, Patrice Nganang et Christian Penda Ekoka sont ceux-là qui ont compris qu’il faut démystifier les bras de la pieuvre que sont la prison, la torture, les arrestations.

’Si l’on démystifie tout cela, si les Camerounais n'ont plus peur de la prison politique, personne ne leur marchera dessus. Ni Biya ni aucun autre politicien dans le futur.’’ Explique un analyste politique camerounais basé à Cape Town.

Maurice Kamto et Penda Ekoka font partie d’une coalition avec pour but de changer de régime. Contrairement à Nganang et à la Brigade Anti Sardinard, ces derniers ‘n’ont aucune ambition de gouverner, ils se battent pour le changement de régime. Ce sont des forces du changement dont les membres sont pour la plupart des exilés politiques ayant quitté le Cameroun.

Alors que partout en Afrique l’économie décolle, au Cameroun les services de renseignement au lieu de se consacrer à   l’intelligence et la sécurité, sont quasiment actifs dans la conservation du pouvoir dans un pays quasiment à genou.


Albin Njilo

Partager
Mot clé :

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.